mars 2009

La moitié de la consommation énergétique de la Suisse et les émissions de CO2 qui y sont liées sont dues au parc immobilier. Pour les réduire, il faut que les constructions anciennes aient un meilleur rendement.

Forum Chriesbach: bâtiment principal de l’Eawag à Dübendorf conçu sur le principe du rendement énergétique.

La construction, l’exploitation et la maintenance de l’ensemble du parc immobilier suisse sont responsables de la moitié de la consommation d’énergie totale du pays. Cette situation devrait changer: la Commission fédérale pour la recherche énergétique s’est fixé comme but pour 2050 de ne plus utiliser de combustibles fossiles pour chauffer les bâtiments en Suisse (1,6 million) et de réduire de moitié la consommation d’énergie dans ce secteur.

Rendre le standard Minergie obligatoire

Il existe déjà des technologies qui permettent d’optimiser l’efficacité énergétique des bâtiments. Il suffirait d’appliquer des standards comme Minergie et Minergie-P (voir encadré), c’est-à-dire de les rendre obligatoires pour toute nouvelle construction. Les bâtiments neufs n’entraînent toutefois pas une baisse de la consommation glo- bale; ils ne remplacent que rarement des constructions plus anciennes, qui ont des besoins en énergie élevés. Par contre, si l’on assainit un bâtiment des années 70 selon le standard Minergie, il consommera 4 fois moins d’énergie pour le chauffage et l’eau chaude.

Au total, 1,4 million de vieux bâtiments

La Suisse compte 1,4 million de bâtiments qui devraient être démolis ou assainis. C’est pourquoi l’Empa élabore, en collaboration avec ses partenaires du Domaine des EPF – l’Institut Paul Scherrer, l’EPFZ et l’EPFL – ainsi que les hautes écoles spécialisées de Suisse, des technologies et des concepts d’assainissement pour améliorer l’efficacité énergétique:

1. Utilisation de l’énergie. Pour le chauffage et l’eau chaude, il faut remplacer les sources d’énergie fossiles par des énergies renouvelables grâce à l’emploi de capteurs solaires ou l’utilisation des rejets de chaleur.

2. Analyse de système. Le projet «Retrofit» développe une enveloppe de bâtiment très isolante, dans laquelle sont intégrées des installations pour utiliser l’énergie solaire et pour l’aération. La consommation d’énergie d’une maison familiale des années 50 a pu être abaissée avec cette technologie à 10% de sa valeur initiale.

3. Développement de matériaux et de composants. Il s’agit de composants isolants compacts à haut rendement tels que vitrages avec vide d’air ou aérogels. Ils permettent de stocker, si possible sans pertes, la chaleur estivale pour les périodes plus froides.