Conseil des EPF, 26 septembre 2019

Sur proposition du professeur Joël Mesot, président de l’ETH Zurich, et du professeur Martin Vetterli, président de l’EPFL, le Conseil des EPF, réuni en séance les 25 et 26 septembre 2019, a nommé un total de 25 professeures et professeurs, a attribué 5 titres de professeur et a adressé ses remerciements à 6 professeurs sortants.

Nominations à l’ETH Zurich

Le professeur André Bardow (*1974), actuellement professeur à l'Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle, Allemagne, est nommé professeur ordinaire d’énergie et génie des procédés. André Bardow est un scientifique de renommée internationale. Ses travaux se situent au point de jonction entre le génie énergétique et l’ingénierie des procédés dans le but de développer des technologies durables dédiées à la transformation de l’énergie et des matériaux. André Bardow contribue ainsi à l’avènement de systèmes énergétiques renouvelables, p. ex. grâce à l’exploitation du carbone issu de la biomasse et du dioxyde de carbone. La nomination d’André Bardow permet à l’ETH Zurich de renforcer ses activités dans des secteurs stratégiques tels que les sciences et les technologies de l’énergie ainsi que l’ingénierie des procédés, mais aussi dans l’enseignement de ces disciplines reines au niveau du bachelor et du master.

La professeure Laura De Lorenzis (*1974), actuellement professeure à l’Université technique de Brunswick, Allemagne, est nommée professeure ordinaire de mécanique numérique. Laura De Lorenzis est une experte reconnue des méthodes de simulation assistées par ordinateur dont elle se sert sur différentes échelles de longueur et de temps pour prévoir le comportement complexe de certains matériaux. Ses recherches hautement interdisciplinaires, qui lui ont notamment valu une bourse ERC Starting Grant, portent p. ex. sur les mécanismes de défaillance d’une large palette de matériaux. Avec la nomination de Laura De Lorenzis, l’ETH Zurich étoffe ses compétences dans des secteurs tels que la mécanique des solides, les méthodes de simulation modernes ainsi que l’analyse de rupture et de défaillance des matériaux.

La professeure Teresa Galí-Izard (*1968), actuellement professeure associée à la Harvard Graduate School, Cambridge, Etats-Unis, est nommée professeure ordinaire d’architecture du paysage. Teresa Galí-Izard axe ses recherches sur les interdépendances entre l’architecture du paysage et l’agronomie ainsi que sur les interactions régénératives entre l’être humain, la faune et le paysage. Elle s’intéresse plus particulièrement aux aspects liés à la durabilité. Les résultats qu’elle a obtenus dans ce contexte contribuent au maintien de la valeur biologique et de la structure des paysages et fournissent des approches permettant de combattre la perte rapide de la biodiversité. L’ETH Zurich s’allie en la personne de Teresa Galí-Izard les services d’une experte qui jette des ponts entre la conception architectonique du paysage, d’une part, et la science du sol, la physiologie végétale et l’écologie, d’autre part.

Le professeur Dennis Hofheinz (*1979), actuellement professeur ordinaire à l’Institut de technologie de Karlsruhe, Allemagne, est nommé professeur ordinaire d’informatique. Ce chercheur bien établi au sein de la communauté scientifique est spécialisé dans la cryptographie. Il se consacre en particulier à l’étude mathématique de définitions de sécurité pour différents types de procédés cryptographiques et au développement de nouvelles méthodes de preuves de sécurité. Par son travail, il contribue résolument à l’amélioration de certains processus, tels que le vote électronique, la blockchain et la monnaie numérique. En nommant Dennis Hofheinz, l’ETH Zurich renforce ses activités dans la cybersécurité, un secteur qui revêt une importance croissante. 

La professeure Gabriela Hug (*1979), actuellement professeure associée à l’ETH Zurich, est nommée professeure ordinaire de transmission d’énergie électrique. Gabriela Hug est une scientifique très respectée sur le plan international et dont les travaux lui ont valu de nombreuses récompenses. Ses recherches portent sur la conception et l’optimisation des réseaux énergétiques du futur dans le but d’intégrer les énergies renouvelables dans les voies d’approvisionnement traditionnelles et d’abandonner ainsi graduellement les énergies fossiles. Gabriela Hug entend parvenir à une gestion optimale des réseaux en recourant à des concepts de régulation distribués et décentralisés. Les résultats de ses recherches sont largement orientés vers la pratique, ce dont témoignent les nombreux partenariats avec l’industrie qui ont vu le jour. En nommant Gabriela Hug au poste de professeure ordinaire, l’ETH Zurich s’assure les services d’une scientifique à fort potentiel, à la fois novatrice et productive.

Le professeur Giacomo Indiveri (*1967), actuellement professeur associé à l’Université de Zurich, est nommé professeur associé de systèmes cognitifs neuromorphiques. Giacomo Indiveri explore les structures et les processus neuronaux naturels du cerveau pour les reproduire de manière artificielle et les transposer à l’informatique. Son objectif consiste à créer ce que l’on appelle des systèmes cognitifs autonomes sur la base de principes neuromorphiques, comme l’implant cochléaire, qui est une prothèse auditive. Les travaux de Giacomo Indiveri ont déjà été récompensés par deux bourses ERC Grant. En accédant à la chaire conjointe de l’ETH Zurich et de l’Université de Zurich, Giacomo Indiveri permettra à la première d’élargir ses compétences dans le neuromorphisme et d’approfondir la collaboration avec la seconde.

Le professeur Christoph Müller (*1978), actuellement professeur associé à l’ETH Zurich, est nommé professeur ordinaire de science et génie de l’énergie. Christoph Müller est un scientifique de renommée internationale qui dispose d’un excellent réseau au sein de la communauté scientifique, mais aussi à l’ETH Zurich. Lauréat d’une bourse ERC Consolidator Grant en 2018, ce chercheur explore certains des problèmes non encore résolus rencontrés à l’interface entre l’ingénierie et le génie chimique afin de développer de nouveaux procédés de transformation de l’énergie qui réduiraient considérablement les émissions de CO2. C’est dans ce contexte qu’il a perfectionné avec brio des méthodes tant numériques qu’expérimentales. En nommant Christoph Müller au poste de professeur ordinaire, l’ETH Zurich s’atta-che les services d’un scientifique brillant, déterminé à contribuer au bon développement de l’Ecole.

Le professeur Romain Quidant (*1975), actuellement professeur à l’Institut des sciences photoniques à Barcelone, Espagne, est nommé professeur ordinaire de nanophotonique. Les principes et les outils nanophotoniques sont les domaines de prédilection de Romain Quidant, qui fait figure de référence mondiale à maints égards. Ainsi, il a développé une nano-pince plasmonique grâce à laquelle il est possible de manipuler des échantillons de biomolécules et de petits virus jusqu’à 10 milliardièmes de mètre, soit 10 nanomètres. Romain Quidant est aussi l’un des pères fondateurs de la nano-optomécanique, une technologie permettant de faire flotter des nanoparticules au moyen d’un faisceau laser pour mieux les étudier. Les recherches de Romain Quidant viennent enrichir les activités de l’ETH Zurich dans les biomatériaux, la biomécanique et la robotique.

Le professeur Konrad Tiefenbacher (*1980), actuellement professeur assistant tenure track à l’Université de Bâle et au Département des biosystèmes de l’ETH Zurich, est nommé professeur associé de synthèse de modules fonctionnels (chaire conjointe avec l’Université de Bâle). Les travaux de Konrad Tiefenbacher concernent les capsules moléculaires auto-organisées présentant une activité catalytique et portent plus particulièrement sur un phénomène supramoléculaire hautement complexe, au croisement de la chimie organique et de la biochimie. La qualité irréprochable et l’originalité de ses recherches ont notamment valu à Konrad Tiefenbacher une bourse ERC Starting Grant. Sa nomination au poste de professeur associé permet à l’ETH Zurich de consolider son assise dans un champ d’exploration innovant.

 

Nominations à l’EPFL

La professeure Andrea Ablasser (*1983), actuellement professeure assistante tenure track à l’EPFL, est nommée professeure associée de sciences de la vie. Jeune chercheuse très prometteuse, elle analyse la façon dont les cellules résistent aux attaques virales et bactériennes et, en particulier, l’identification des microbes par les cellules immunitaires. Ce faisant, elle axe ses travaux sur le fonctionnement du système immunitaire inné et participe au développement de nouvelles thérapies dans le domaine de l’immunologie. Les résultats de ses recherches ont déjà valu à Andrea Ablasser d’obtenir une bourse ERC Starting Grant et, en 2018, le Prix Latsis national. En promouvant Andrea Ablasser, l’EPFL renforce sa position internationale dans la biomédecine.

Mitali Banerjee (*1980), actuellement chercheuse associée à l’Université de Columbia, New York, Etats-Unis, est nommée professeure assistante tenure track de physique. Scientifique dotée d’un potentiel exceptionnel, elle a retenu l’attention au niveau international après avoir conçu et mené à bien une installation expérimentale très difficile pour mesurer la conductivité thermique dans des matériaux bidimensionnels. De nombreux experts considéraient cette expérience comme impossible. Avec cette nomination, l’EPFL recrute une scientifique qui contribuera de manière importante tant à la recherche qu’à l’enseignement.

Anne-Florence Bitbol (*1986), actuellement chercheuse à la Sorbonne Université, Paris, France, est nommée professeure assistante tenure track de sciences de la vie. Biophysicienne ambitieuse, elle dispose d’une solide expertise en physique, en mathématiques et en science computationnelle, et sa manière d’approcher les problèmes scientifiques est très proche des questions biologiques. Anne-Florence Bitbol concentre ses recherches sur la modélisation des interactions protéine-protéine. Elle a développé des méthodes pour prédire la forme des sites d’interactions à partir des données phylogéniques des séquences protéiques. Son profil correspond parfaitement à la stratégie de l’EPFL visant à renforcer la biologie computationnelle et quantitative, un domaine présentant un grand potentiel dans les années à venir.

La professeure Anne-Clémence Corminboeuf (*1977), actuellement professeure associée à l’EPFL, est nommée professeure ordinaire de chimie théorique et computationnelle. Elle est reconnue sur le plan international pour avoir contribué de manière fondamentale à cette discipline, en particulier par ses approches novatrices des structures électroniques gouvernées par des phénomènes non-covalents, ouvrant des perspectives prometteuses dans les domaines de la catalyse et des matériaux électroniques organique. Déjà récompensés par deux bourses ERC, ses travaux axés sur les interactions non covalentes ont des retombées majeures pour la conception de catalyseurs homogènes et de semi-conducteurs organiques. La nomination d’Anne-Clémence Corminboeuf en tant que professeure ordinaire permet à l’EPFL de renforcer sa position dans un domaine prometteur.

Le professeur Beat Fierz (*1978), actuellement professeur assistant tenure track à l’EPFL, est nommé professeur associé de chimie biophysique. Il est considéré sur le plan mondial comme l’un des meilleurs spécialistes de l’étude de la structure, de la régulation et de la dynamique de la chromatine, le composant principal des chromosomes. L’approche qu’il adopte dans le cadre de ses recherches allie la biophysique et la biologie chimique de manière inédite et a déjà été récompensée par une bourse ERC Consolidator Grant. Ses résultats ont également fait l’objet de plusieurs publications dans des revues spécialisées renommées. La capacité de Beat Fierz à évoluer dans un contexte interdisciplinaire – une qualité qui gagne en importance –, son dynamisme et son grand potentiel contribueront largement au rayonnement international de l’EPFL.

La professeure Anna Fontcuberta i Morral (*1975), actuellement professeure associée à l’EPFL, est nommée professeure ordinaire de science et génie des matériaux. Scientifique de renommée internationale, Anna Fontcuberta i Morral s’est spécialisée dans la synthèse des nanostructures au sein des semi-conducteurs, et, en particulier, dans les techniques de croissance cristalline des nanofils. Les résultats de ses recherches permettent le développement de matériaux aux propriétés physiques et chimiques innovantes et sont utilisés, par exemple, dans la conversion photovoltaïque et les ordinateurs quantiques. Ses activités contribuent à renforcer la solide position de l’EPFL en science et génie des matériaux.

Mika Göös (*1987), actuellement postdoctorant à l’Institute for Advanced Study, Princeton, Etats-Unis, est nommé professeur assistant tenure track d’informatique et systèmes de communication. Ses travaux de recherche sont axés sur la résolution de problèmes théoriques fondamentaux en sciences computationnelles et en mathématiques. Son approche consiste à analyser les problèmes dans des modèles plus simples, puis à en confirmer les résultats dans des systèmes plus complexes. Malgré son jeune âge, Mika Göös a déjà écrit ou co-écrit de très nombreuses publications, dont des articles majeurs sur la complexité de la communication et la complexité des circuits. Chercheur extrêmement productif, Mika Göös permet à l’EPFL de renforcer sa position dans un domaine fondamental.

Charlotte Grossiord (*1986), actuellement postdoctorante à l’Institut fédéral suisse de la forêt, de la neige et du paysage (WSL) de Birmensdorf, est nommée professeure assistante tenure track d’écologie terrestre. Jeune chercheuse très innovante, elle a attiré l’attention au niveau international grâce à ses travaux sur la contribution de la diversité des espèces à la résistance des forêts au changement climatique. Ces dernières années, elle s’est focalisée sur le potentiel de survie et d’acclimatation des plantes face à la hausse des températures. Elle a notamment utilisé des chambres chauffées pour étudier en conditions réelles les effets de la sécheresse sur les arbres. Charlotte Grossiord collaborera étroitement avec le WSL, qui cofinance son poste de professeure avec l’EPFL.

Le professeur Frédéric Kaplan (*1974), actuellement professeur assistant tenure track à l’EPFL, est nommé professeur associé d’humanités digitales. Scientifique talentueux et reconnu sur le plan international, il apporte à travers ses travaux une contribution majeure au positionnement de l’EPFL en tant qu’institution de premier plan dans le domaine des humanités digitales, qui associent l’informatique, le big data et la pratique méthodologique des sciences humaines et sociales. Les approches pionnières de Frédéric Kaplan se reflètent par exemple dans le projet «Venice Time Machine», qui se concentre sur la visualisation spatiale de l’histoire et des documents historiques extraits des archives de l’Etat de Venise.

Le professeur Adam Marcus (*1979), actuellement professeur assistant à l’Université de Princeton, New Jersey, Etats-Unis, est nommé professeur assistant tenure track de mathématiques. Considéré comme l’un des plus brillants mathématiciens de sa génération, il a été remarqué sur le plan international en 2013 lorsqu’il a résolu avec d’autres scientifiques la conjecture de Kadison-Singer, un problème relevant de la théorie des algèbres d’opérateurs et de l’analyse fonctionnelle posé en 1959. A l’EPFL, Adam Marcus constituera un groupe de recherche performant en analyse combinatoire, perpétuant ainsi la longue tradition de l’Ecole dans ce domaine. Il contribuera également à renforcer les liens entre les mathématiques et l’informatique théorique.

Alexander Mathis (*1983), actuellement postdoctorant à l’Université de Harvard, Cambridge, Etats-Unis, et à l’Université Eberhard Karl, Tübingen, Allemagne, est nommé professeur assistant tenure track de sciences de la vie. Neuroscientifique computationnel brillant, Alexander Mathis étudie le traitement de l’information neurale et les mécanismes de l’encodage des comportements adaptatifs dans le cerveau. Il a notamment développé une théorie très remarquée sur l’activité coordonnée des cellules de grille et a également travaillé sur l’encodage des odeurs ainsi que sur l’adaptation observée pendant le contrôle des mouvements. En nommant Alexander Mathis, l’EPFL s’assure un important savoir-faire qui allie théorie et méthodes expérimentales.

Mackenzie Mathis (*1984), actuellement collaboratrice scientifique à l’Université de Harvard, Cambridge, Etats-Unis, est nommée professeure assistante tenure track de sciences de la vie. Éminent scientifique de renommée mondiale, Mackenzie Mathis a déjà contribué de manière importante à la compréhension des mécanismes neuronaux qui permettent un recalibrage continu des mouvements du corps. Elle a notamment développé le premier modèle comportemental pour étudier l’adaptation motrice chez les souris et a découvert que le cortex cérébral somatosensoriel joue un rôle primordial en la matière. Les travaux de Mackenzie Mathis s’intègrent parfaitement aux grands axes de recherche fixés par l’EPFL.

Christoph Merten (*1976), actuellement responsable de groupe à l’European Molecular Biology Laboratory d’Heidelberg, Allemagne, est nommé professeur associé de bioingénierie. Ses recherches portent sur le développement d’une technologie micro-fluidique pour répondre à des questions complexes de sciences biomédicales. Ses travaux très remarqués englobent notamment la mise en place de plates-formes micro-fluidiques pour les analyses cellulaires et biochimiques, qui contribuent au développement de nouveaux médicaments et anticorps. Les résultats de ses recherches permettent, entre autres, de faire progresser les thérapies anticancéreuses personnalisées. En tant que chercheur de talent, entrepreneur et créateur de start-up, Christoph Merten a le profil idéal pour accroitre les collaborations transdisciplinaires dans le domaine de la bioingénierie à l’EPFL.

Julia Schmale (*1981), actuellement responsable de groupe à l’Institut Paul Scherrer de Villigen, est nommée professeure assistante tenure track pour les environnements extrêmes. Spécialiste des sciences atmosphériques très remarquée sur le plan international, elle participe activement aux efforts de recherche internationaux et interdisciplinaires dans l’Arctique en tant que représentante de la Suisse. Elle fait notamment partie du groupe de travail sur l’atmosphère dans le comité scientifique international sur l’Arctique. Grâce à sa capacité d’innovation tant scientifique que méthodologique, Julia Schmale sera en mesure d’accroître la notoriété de l’EPFL sur des questions d’une importance cruciale pour l’avenir de la société et de renforcer la formation des ingénieurs en environnement au sein de l’Ecole.

La professeur Mahsa Shoaran (*1986), actuellement professeure assistante à l’Université de Cornell, Ithaca, Etats-Unis, est nommée professeure assistante tenure track de génie électrique et électronique. Jeune chercheuse très prometteuse, Mahsa Shoaran s’est déjà forgé une réputation sur le plan international dans un domaine transdisciplinaire à l’intersection de la conception de circuits, de l’apprentissage automatique et des neurosciences. Ses recherches, menées en étroite collaboration avec des cliniciens, visent en particulier à mettre au point de nouveaux dispositifs diagnostiques et thérapeutiques pour les troubles neurologiques résistants aux médicaments. Son travail s’intègre parfaitement dans la stratégie de l’EPFL, qui a l’ambition de développer la prochaine génération d’interfaces cerveau-machine.

Amir Zamir (*1986), actuellement postdoctorant à l’Université de Stanford, Californie, Etats-Unis, et à l’Université de Californie, Berkeley, Etats-Unis, est nommé professeur assistant tenure track d’informatique et systèmes de communication. Amir Zamir est un brillant chercheur dans les domaines de la vision par ordinateur, de l’apprentissage automatique, de l’intelligence artificielle et de la perception pour la robotique. Son but ultime est de développer une perception visuelle numérique qui opère comme un composant d’un système intelligent plus large. En nommant Amir Zamir, l’EPFL recrute un talent ambitieux dont la vaste vision systémique et l’approche transdisciplinaire complètent remarquablement la stratégie de l’Ecole.


Attribution d’un titre de professeur titulaire à l’ETH Zurich

Jürg Schweizer (*1960), actuellement responsable du WSL Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF à Davos, et chargé de cours à l’ETH Zurich, est nommé professeur titulaire de l’ETH Zurich. Jürg Schweizer est un chercheur mondialement reconnu, spécialisé dans la mécanique de la neige, l’étude des avalanches et le sauvetage en cas d’avalanche. Au bénéfice d’un vaste réseau en Suisse comme à l’étranger, il participe avec un grand engagement aux activités de plusieurs organismes scientifiques suisses et internationaux. Ses étudiants qualifient d’excellent son enseignement à l’ETH Zurich. 


Attribution d’un titre de professeur titulaire à l’EPFL

La professeure Jocelyne Bloch (*1968), actuellement professeure associée à l’Université de Lausanne, est nommée professeure titulaire de l’EPFL. Jocelyne Bloch est une neurochirurgienne et une neuroscientifique de renommée internationale. Elle travaille en étroite collaboration avec l’EPFL sur de nombreux projets. Son rattachement formel à l’institut fédéral renforce l'importance de la recherche clinique dans les projets de recherche de l'EPFL.

Le professeur Jacques Duparc (*1962), actuellement professeur ordinaire à l’Université de Lausanne, est nommé professeur titulaire de l’EPFL. Jacques Duparc est un expert mondial de la théorie descriptive des ensembles, de la théorie des jeux et de ses applications à l'informatique théorique. Il s’engage dans l’enseignement à l’EPFL depuis plus d’une dizaine d’années.

François Fleuret (*1972), actuellement maître d’enseignement et de recherche (MER) à l’IDIAP, à Martigny, est nommé professeur titulaire de l’EPFL. François Fleuret est membre de l’Institut de recherche indépendant IDIAP, qui est affilié à l’EPFL. Ses travaux portent essentiellement sur l’apprentissage automatique, avec un accent particulier sur les aspects informatiques et les applications dans le domaine de la vision par ordinateur.

Graham Knott (*1967), actuellement maître d’enseignement et de recherche (MER) à l’EPFL, est nommé professeur titulaire de l’EPFL. Graham Knott est responsable de la plateforme technologique de la Faculté des Sciences de la vie (SV) dédiée à l’utilisation de microscopes électroniques dans la recher-che biologique. En tant que chercheur, il a indéniablement contribué à une meilleure compréhension de la structure des synapses neuronales.


Départs de l’ETH Zurich

Le professeur Marc Angélil (*1954), actuellement professeur ordinaire d’architecture et de conception architecturale, a pris sa retraite fin juillet 2019. Marc Angélil, qui a rejoint l’ETH Zurich en 1994, a été nommé à son poste actuel en 1997. Dans le cadre de ses recherches, il n’a eu de cesse d’observer les nouveaux développements en matière d’urbanisme et de structures socio-spatiales dans plusieurs régions métropolitaines d’Europe, d’Asie et des Etats-Unis dans le but premier d’élaborer des stratégies favorisant l’avènement de processus de développement urbain durables. Assumant avec brio différents rôles et fonctions, il a toujours fait preuve d’un engagement sans faille pour l’ETH Zurich et pour le département auquel il était rattaché. En parallèle à ses activités académiques, Marc Angélil travaille en tant qu’architecte au sein d’un bureau basé à Los Angeles et Zurich qu’il dirige avec deux associés.

Le professeur Hans Rudolf Heinimann (*1954), actuellement professeur ordinaire de génie forestier, prendra sa retraite le 1er février 2020. Entré à l’ETH Zurich en 1991 puis nommé à son poste actuel en 1997, Hans Rudolf Heinimann a su se constituer un vaste réseau international tout au long de sa brillante carrière. Il a dirigé jusqu’à récemment le programme de recherche Future Resilient Systems au Singapore-ETH Centre dans le cadre duquel son équipe scientifique explore la manière de rendre plus robustes et plus résistants les systèmes technico-sociaux complexes d’aujourd’hui. Hans Rudolf Heinimann s’est beaucoup dévoué pour l’ETH Zurich, tant dans l’enseignement et la recherche que dans l’autogestion académique.

La professeure Karin Würtz (*1978), actuellement professeure assistante de génie immunitaire et de médecine régénérative quittera l’ETH Zurich fin septembre 2019. Karin Würtz est une experte mondiale-ment reconnue des processus inflammatoires de l’appareil locomoteur. Son objectif consiste à influer sur l’inflammation en recourant à des substances naturelles et synthétiques de façon à empêcher la dégénérescence tissulaire, voire de favoriser une régénération. Karin Würtz quitte l’ETH Zurich pour rejoindre une autre haute école.


Départs de l’EPFL

Le professeur Kersten Geers (*1975), actuellement professeur associé d’architecture, quittera l’EPFL le 1er février 2020. Kersten Geers est un architecte et un théoricien de l’architecture reconnu à l’échelle internationale. Nommé à l’EPFL en 2013, il s’est engagé dans l’enseignement ainsi que dans la conception architecturale et a aussi abordé des questions théoriques avec ses étudiants. Il a par ailleurs noué d’importants contacts avec d’autres hautes écoles, dont l’ETH Zurich. Kersten Geers a souhaité mettre fin à son engagement avec l’EPFL pour poursuivre ses activités académiques dans une autre institution.

Le professeur François Avellan (*1955), actuellement professeur ordinaire de machines hydrauliques, sera mis au bénéfice de la retraite le 1er avril 2020. François Avellan est entré à l’EPFL en 1980 où il a été nommé à son poste actuel en 2004. François Avellan possède une expertise unique en hydrodynamique des turbines et a dirigé de nombreux projets dans ce domaine en Suisse et à l’étranger. Basées sur la modélisation théorique, l’expérimentation et la simulation numérique, ses recherches ont mené à des applications liées à la technologie hydro-électrique. Le travail de François Avellan dans le cadre de ses activités de recherche et d’enseignement ainsi que des coopérations avec l’industrie lancées à son initiative a eu un impact favorable certain sur le développement et la réputation de l’EPFL dans ce champ de recherche.

Le professeur Tatsuya Nakada (*1955), actuellement professeur ordinaire de physique des particules élémentaires partira à la retraite le 1er mars 2020. Tatsuya Nakada a réalisé dès les années 1980 des expériences au CERN pour différentes institutions scientifiques. Pendant plus d’une décennie, il a notamment participé de manière décisive au développement du Grand collisionneur de hadrons (expérience LHCb) mis en service en 2008. Nommé professeur ordinaire à l’EPFL en 2003, il a œuvré sans relâche au resserrement des liens avec le CERN. Tatsuya Nakada est un scientifique hautement respecté par ses pairs de par le monde. Il a assumé des fonctions dirigeantes au sein de plusieurs institutions, commissions et conseils scientifiques internationaux.


Le Conseil des EPF tient à remercier les professeurs sortants de leurs prestations dans les domaines de la recherche et de l’enseignement, ainsi que de leur engagement au sein de leur institution