La diversité des espèces qui peuplent la Terre est en net déclin. La recherche sur la biodiversité est profondément ancrée à l’Eawag. Par des approches modernes et un environnement très interdisciplinaire quasi unique au monde, l’Eawag veut contribuer à ce que les responsables politiques, les acteurs économiques et la société disposent des bases nécessaires pour comprendre la biodiversité et la préserver.

Florian Altermatt, professeur et codirecteur de l’initiative de recherche Blue-Green Biodiversity.

Le constat de Florian Altermatt, professeur d’écologie aquatique à l’Université de Zurich et chef de groupe du département Ecologie aquatique de l’Eawag, est alarmant: «L’appauvrissement de la biodiversité a pris une ampleur dramatique. Nous constatons un recul de 50 à 90% de certaines populations à l’échelle mondiale, surtout dans les milieux aquatiques. Un million d’espèces est menacé d’extinction.» La perte anthropique de biodiversité sur la planète bleue est à présent qualifiée d’extinction massive, au même titre que celle des dinosaures il y a 66 millions d’années. La disparition d’espèces est irréversible. La perte de biodiversité est avant tout la conséquence des changements d’utilisation des terres, du changement climatique, de la pollution des écosystèmes, de l’exploitation directe de populations ou d’espèces invasives. «Le phénomène est connu des scientifiques depuis des décennies. L’humanité dispose encore probablement d’un petit laps de temps de deux, trois décennies pour inverser la tendance», prévient F. Altermatt.

Depuis les années 1980, la recherche sur la biodiversité s’est intensifiée dans le domaine scientifique et intègre davantage la dimension sociale. Elle trouve son origine dans la recherche taxonomique, qui classe et décrit la biodiversité selon différents critères, et dans l’écologie, qui étudie scientifiquement l’importance fonctionnelle de la biodiversité et les interactions des espèces. Au fil des travaux, il est devenu évident que les atteintes anthropiques à l’environnement nuisaient à la biodiversité et à la composition des espèces. Tous ces constats ont abouti à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique, au sommet de Rio en 1992. «Ce fut un moment marquant car, jusque-là, seule la communauté scientifique se préoccupait de la biodiversité», se souvient F. Altermatt.

«A l’Eawag, la recherche sur la biodiversité couvre tous les écosystèmes aquatiques et de nombreux groupes d’organismes, ce qui permet d’étudier les effets en cascade complexes.» Florian Altermatt, professeur et codirecteur de l’initiative de recherche Blue-Green Biodiversity.

Dans la recherche sur la biodiversité, l’Eawag travaille sur différentes échelles. Les recherches sur la biodiversité peuvent porter sur des questions fondamentales centrales: comment la biodiversité naît-elle? Comment peut-on la préserver? Comment la biodiversité influence-t-elle les processus écologiques? Les scientifiques scrutent par exemple les bactéries présentes dans les stations d’épuration ou les écosystèmes naturels. Comment un changement au sein des communautés d’algues d’un lac affecte-t-il la biodiversité des invertébrés ou des poissons? «A l’Eawag, la recherche sur la biodiversité couvre l’ensemble des écosystèmes aquatiques», précise F. Altermatt. Les scientifiques peuvent ainsi étudier les effets en cascade trophiques complexes qui résultent d’évolutions variées des chaînes alimentaires. L’ensemble de la communauté et des disciplines scientifiques de l’Eawag est souvent mobilisé, de l’ingénieure à l’écologue de terrain, en passant par la chercheuse en sciences sociales. L’approche suivie par l’institution pour ses recherches est tout aussi minutieuse. Une même question fait l’objet d’une étude théorique et d’une modélisation mathématique, avec en parallèle des expérimentations en laboratoire dans des conditions contrôlées et des analyses dans des petits modèles d’écosystème, avant une application à l’ensemble du paysage. Au fond, il s’agit d’une formule de réduction de la complexité qui aboutit à des résultats pratiques.

Recherche sur la biodiversité dans un environnement interdisciplinaire pose des questions comme: comment la biodiversité naît-elle? Comment peut-on la préserver? Comment la biodiversité influence-t-elle les processus écologiques? Ou: Comment un changement au sein des communautés d’algues d’un lac affecte-t-il la biodiversité des invertébrés ou des poissons?

L’actuelle initiative de recherche stratégique Blue-Green Biodiversity (BGB) portant sur l’étude interdisciplinaire de la biodiversité «bleue et verte», aquatique et terrestre, menée avec le WSL, s’inscrit dans ce contexte. A l’automne 2017, le Conseil fédéral a approuvé le plan d’action Stratégie Biodiversité, qui vise notamment à soutenir la biodiversité par des infrastructures écologiques et des programmes de conservation des espèces. Le Conseil des EPF a pris la balle au bond et apporte 6,5 mio CHF à l’initiative BGB qui s’étend sur cinq ans, jusqu’en 2024. Codirigée par F. Altermatt, chercheur à l’Eawag, et par Catherine Graham, chercheuse au WSL, cheffe du groupe Ecologie évolutive spatiale et professeure extraordinaire d’écologie évolutive à l’université américaine de Stony Brook, cette initiative crée des synergies qui renforceront la recherche environnementale des deux établissements de recherche, reconnue à l’échelle internationale, dans l’objectif de mieux connaître la biodiversité à l’interface des écosystèmes aquatiques et terrestres.