Le Domaine des EPF joue un rôle de modèle en matière d’énergie. En tant que membre du groupe «Exemplarité énergétique de la Confédération», il entend améliorer son efficacité énergétique de 25% d’ici à 2020. Le Rapport annuel 2015 montre les progrès réalisés jusqu’à présent par le Domaine des EPF et les mesures adoptées pour continuer à améliorer l’efficacité énergétique.

La définition de l’efficacité énergétique dans le Domaine des EPF satisfait aux directives du Protocole des gaz à effet de serre (GHG Protocol), la norme internationale de mesure la plus utilisée pour calculer les émissions générées par les entreprises et les pouvoirs publics. L’indicateur d’efficacité énergétique calculé pour le Domaine des EPF recouvre l’ensemble de la consommation énergétique de celui-ci, y compris toutes les activités d’enseignement et de recherche ainsi que l’intégralité des infrastructures, c’est-à-dire avec les grandes installations de recherche particulièrement gourmandes en énergie. Pour calculer l’indicateur d’efficacité énergétique, la consommation énergétique de chaque institution du Domaine des EPF est mesurée selon différents paramètres: les équivalents plein-temps (EPT*), la surface de référence énergétique**, le nombre de jours d’utilisation des instruments scientifiques*** et les traitements de patients (au centre de protonthérapie du PSI).

Cette mesure de l’efficacité énergétique basée sur un petit nombre de paramètres ne reflète toutefois que de manière incomplète les performances du Domaine des EPF en la matière. Le produit final à proprement parler du Domaine des EPF est la connaissance, qui s’exprime au travers d’activités d’enseignement et de recherche. Que ce soit sur le plan quantitatif ou qualitatif, il n’est pas possible de mesurer de manière satisfaisante l’efficacité énergétique que l’on peut obtenir grâce à ce savoir. La recherche scientifique implique en outre un investissement énergétique colossal sous la forme de puissance de calcul, de technologies de laboratoire et de machines d’essai. Les développements techniques réalisés sur la base de découvertes scientifiques entraînent souvent une augmentation sensible de l’efficacité énergétique dans l’industrie, ce qui signifie que l’amélioration dépasse le cadre du Domaine des EPF.

 

* Pour déterminer l’impact environnemental moyen par tête au sein du Domaine des EPF, les EPT du personnel ont été complétés par le nombre d’étudiants et d’invités du Domaine des EPF, qui sont inclus avec un facteur réduit (inférieur à 1 par personne).

** La surface de référence énergétique est la somme de toutes les surfaces de plancher des étages et des sous-sols qui sont inclus dans l’enveloppe thermique et dont l'utilisation nécessite un chauffage ou une climatisation. L’indicateur-clé Consommation énergétique reflète la consommation totale de chaleur et d’électricité tant pour les bâtiments que pour les activités d’enseignement et de recherche. L’indicateur énergétique (MJ par m2 et par an) est utilisé pour comparer des bâtiments de même usage.

*** Le calcul des jours d’utilisation des instruments se fonde sur le nombre d’instruments de mesure disponibles en même temps sur une grande installation de recherche (accélérateur de protons, par exemple) en vue de réaliser des expériences, multiplié par le nombre de jours par an durant lesquels l’installation de recherche est en service.